entête

Actualités

Union / JHB : le billet de Léon - 22/10/2014

Histoire de derbys

Les fans de l’Union et du JHB l’auront sans doute coché sur le calendrier à l’aube de la saison. Le « classico » est de retour après quatre saisons où le promu jovicourtois évoluait un cran en dessous de son homologue mosellan. La fête du basket lorrain aura donc bien lieu ce samedi au gymnase Bertholot de Sainte-Marie l’affiche est inédite en Nationale 2. L’ enceinte quercussienne sera sans doute trop exigüe pour l’évènement. Le palais des sports messin aurait sans doute mieux fait l’affaire pour la promotion du basket dans la métropole messine. Mais la ferveur et la passion sont bien ancrées dans ce fossé qui sépare Joeuf/Homécourt de Sainte-Marie. Les deux formations ne sont pas dans le même registre. D’un côté, le JHB revendique sa forte identitérégionale à l’image du village gaulois d’Astérix. L’Union, quant à elle, n’a pas encore l’histoire de son voisin mais se construit à son rythme, pierre par pierre sous la patte de ses dirigeants passionnés. L’opposition de ces deux entités si différentes n’est pas sans ajouter un peu de piment à l’alléchante confrontation.Favori s’il y a, est sans aucun doute,  et n’en déplaise sûrement à Eric Deschamps, l’équipe des Cannonniers.  L’expérience des Bébing, Diawara et autres Goribé sera un plus indéniable sur un « parquet » qui n’a jamais réussi aux Jovicourtois. L’Union effectue d’ailleurs sa quatrième saison à l’échelon de la N2 et semble avoir le vent en poupe malgré un récent revers à Kaysersberg (77-63).Côté jovicourtois, on peut s’enorgueillir d’avoir vaincu à 2 reprises les Unionistes en préparation. Maisce n’était que des matchs amicaux sans véritable signification. Et rien ne remplace la vraie compétition où les coéquipiers Goribé  mènent largement que ce soit en coupe de France (2013/2014) ou en N3 ( 2009/2010 et 2010/2011). Le JHB n’a  d’ailleurs jamais triomphé des Mosellans et l’échec fut parfois douloureux. Mais la bande à Ghezala qui découvre la N2, doit croire en son potentiel. Après deux succès probants sur Poligny et Lille, la confiance s’est invitée dans les rangs. Les supporters, par nature plus brillants, sont appelés à soutenir  leurs couleurs Joeuf/Homécourt en aura fortement besoin


retourner en haut de la page

Le Billet de Léon - 20/10/2014

Lucky Luke ce revenant

Il est un retour qui fait plaisir… C’est celui de Luc (Aubry). Non pas qu’il soit parti  taper la chique ailleurs mais parce qu’on ne l’avait guère vu à son avantage, du moins à domicile. Utilisé jusqu’à présent avec parcimonie par Patrice, l’arrière s’est avéré une rotation efficace lors de sa montée au jeu face aux jeunes lillois. Certes, ces derniers qui évoluent un cran en dessous de leurs homologues nordistes ne proposaient pas la même intensité que les premiers visiteurs Berck ou Poligny. Mais ne boudons pas notre plaisir, Lucho a décoché quelques bonnes flèches lointaines, distillé quelques somptueuses passes décisives , et grappillé de précieux ballons. A 35 ans, il aurait pu décrocher définitivement du niveau national en fin de saison après la montée. D’autant qu’il n’a guère été épargné par les blessures (les croisés en 2011) ces dernières années. Mais après mûres réflexions, il a décidé de remettre le couvert . Luc joue maintenant plutôt un rôle de grand frère avec Nico, au service du collectif. Samedi, le public a apprécié sa jolie prestation, surtout le rang du fond tout en haut des gradins, celui qui, avec les écharpes vertes ne peut s’asseoir tant la passion l’anime. Des  « Lucky Luke » ou des « Lucho » vociférés comme un seul homme ont retenti dans la salle Jean Wurtz. Avec son sourire radieux, l’ « ancien » avait l’air d’un gamin... Dommage que sa sortie se soit soldée par une blessure à la cuisse (contracture). Une de plus… On a l’âge de ses artères et Lucky Luke qui en a vu d’autres, ne tardera pas à de nouveau dégainer… 


retourner en haut de la page

Entraînement - 17/10/2014

Bonjour,

A tous les parents et jeunes joueurs évoluant en mini poussins et poussins : il n'y aurra pas d'entraînement de toutes les vavances.

La reprise s'éffectura le Lundi 3 novembre à 17h30 pour les poussins et pour les minispoussins le Mercredi 5 novembre à 14h00

Pour les Benjamins il n'y aura pas entrainement la première semaine des vacances, reprise le Mardi 28 Octobre.

 

Pour Les cadets France et région, il n'y pas entraînement pendant la première semaine des vacances. La reprise s'effectura le Lundi 20 octobre à 19h00

 

AFIRI Adel


retourner en haut de la page

Organigramme - 07/10/2014

Retrouvez l'organigramme du club dans le menu CLUB / ORGANIGRAMME.


retourner en haut de la page

"Le billet de Léon" - 07/10/2014

La salle Jean Wurtz, ce joyau d’antan

On l’a encore constaté samedi dernier. Les spectateurs joviciens venus en masse pour le choc face à Berck ont exprimé toute leur ferveur derrière leurs couleurs. Tantôt nerveux, chaud comme une bouillote, enthousiaste, festif, ou encore parfois irascible quand la grosse balle orange ne tourne pas dans le bon sens, le public du JHB lâche les chevaux sans retenue.  Il existe une passion de fins connaisseurs qui émane de l’histoire de notre club. L’ atmosphère dégagée par cette fameuse salle des sports n’est pas étrangère à cette ferveur. Car Jean Wurtz n’a rien d’une cathédrale mais plutôt s’apparente à une marmite bouillonnante. Ses gradins tutoient les limites du terrain, presqu’au contact des joueurs et des arbitres. Le supporter en respire la sueur des efforts consentis comme s’il se trouvait sur le parquet en osmose avec les joueurs. A cela s’ajoute cette acoustique particulière où le moindre cri se transforme en hurlement. De sorte que la vocifération collective peut rendre l’ambiance parfois électrique. Les adversaires savent d’ailleurs que se confronter au JHB dans sa salle n’a rien d’anodin.  On ne se lasse pas d’y promener les yeux quand on la découvre pour la première fois. Les gradins dépliés derrière un des deux  panneaux semblent d’un autre âge, les fauteuils de cinéma dans cet espace sont atypiques et originaux , ils cassent l’harmonie boisée. Les couleurs «  flashies » à dominante verte évidemment, déposées sur la ferraille, lui offre un aspect moins austère.  Bref le supporter s’y sent comme chez lui. La  mythique salle des sports jovicienne respire le basket à plein poumon. Cela faisait 30 mois que le JHB n’y avait concédé la moindre défaite en championnat. Berck est passé par là et son succès a presque valeur de trophée. Jean Wurtz est un joyau…  


retourner en haut de la page
wait