entête

Actualités

Vincent Rad : « Une bonne alchimie » - 18/09/2014

Poids de forme, appétit féroce, main talentueuse, Vincent Rad est devenu le pilier de Jœuf/Homécourt, qui a l’intention de réussir son retour à ce niveau.

 

Vincent Rad, vous êtes l’un des rares joueurs de l’équipe à connaître la Nationale 2… « C’était en 2005-2006, pendant une saison ! De l’effectif actuel, il y avait Nico ( Gachet ), Will ( Linise ). Sinon, c’était l’époque de Kacemi, Jeandel, Fereisen, Majoud, Zianveni… J’avais 19 ans. »

 

Depuis, ce niveau de basket a changé profondément, non ? « Ce n’est plus du tout pareil ! La N2 est devenue bien plus performante. Avant, avec deux entraînements dans la semaine, on pouvait s’en sortir. Aujourd’hui, c’est impossible. On voit débarquer maintenant des joueurs issus de Pro A, Pro B ou de N1. Notre voisin, l’Union Ste-Marie/Metz, a recruté Mendy. Il y a davantage d’étrangers aussi : des Américains, des Serbes… L’argent est arrivé dans cette division. »

 

Pour des joueurs comme vous, qui travaillez, c’est le top ? « Au-dessus, impossible… Ailleurs qu’à Jœuf, il est rare de concilier les deux. Le coach en a conscience. D’où les entraînements en moins. Et c’est sympa, car il tient compte de la fatigue que l’on accumule. »

 

Est-ce beaucoup de sacrifices ? « Non, quand la passion est présente, on ne les voit pas. Bon, il y a moins de temps pour la famille. Heureusement, ma copine aime le basket et comprend. »

« Voir si j’ai encore le niveau de la N2 »

Qu’en est-il de l’effectif de Jœuf cette saison ? « Le noyau dur est resté. Il varie peu depuis trois ans. Il y a une bonne alchimie dans cette bande de copains. Les recrues ont de la qualité. Elles se sont vite intégrées. La notion de groupe sera notre principale force. On se connaît bien. L’état d’esprit est sain et quand on quitte le droit chemin, les plus âgés comme Nico ( Gachet ) ou Luc ( Aubry ) sont là pour veiller ! »

 

La vedette, ce sera vous ou votre frère Maxime ? « C’est vrai qu’il reste sur une saison exceptionnelle. Il devra confirmer ! »

 

L’ambition d’un promu, on le devine… « Obtenir le maintien le plus rapidement possible en se montrant intraitable chez nous. On ne peut viser que ça. »

 

Et l’objectif personnel ? « Voir si j’ai encore le niveau de la Nationale 2. »

 

La recette du succès pour Jœuf ? « Vitesse, défense, homogénéité. »

 

Vincent Rad, figure emblématique du club, depuis le temps ? « Je ne suis pas seul. Je crois que je fête mes dix ans à Jœuf puisque j’ai commencé en benjamin ! »

 

Alain THIÉBAUT (Républicain Lorrain)


retourner en haut de la page

Le JHB va enchaîner… - 18/09/2014

Quelques mois après l’accession de Jœuf/Homécourt Basket en Nationale 2, le club dirigé par Marc Fourie, impérial en N3, s'apprête à vivre sur un rythme infernal. Dans sa poule de douze, le groupe de Patrice Gœuriot va enchaîner les onze journées des rencontres des matches aller. Tous les samedis en soirée, avec coup d’envoi à 20h, sans coupure du samedi 20 septembre au samedi 13 décembre. Avec de longs déplacements qui ne permettront guère aux supporters de suivre leurs joueurs, mais aussi de superbes affiches à domicile pour faire le plein, en moyenne tous les quinze jours, salle Jean-Wurtz. Sans oublier, cerise sur le gâteau, ce derby face à l’Union Sainte-Marie/Metz, programmé le samedi 25 octobre, salle Berthelot. Pour commencer, les partenaires de Jordan Gœuriot, Vincent et Maxime Rad, vont faire route vers la région francilienne. Premier match samedi, à Tremblay-en-France, au Cosec Jean-Guimier, face à une valeur sûre de Nationale 2 : Tremblay Athlétique Club. Après avoir pris la température de ce nouveau niveau, les Verts accueilleront deux fois consécutives dans leur chaudron : Poligny le 27 septembre, Berck-Rang du Fliers le 4 octobre. Puis ce sera un premier déplacement alsacien, le 11 octobre, à Ottersviller contre le W.O.S.B, avant d’accueillir Lille B le 18 octobre. Une semaine avant la chaude soirée dans la salle quercussienne…

Républicain Lorrain


retourner en haut de la page

Ça plane pour Jœuf - 16/09/2014

Jœuf et l’Union Sainte-Marie/Metz, qui évoluent dans la même poule de Nationale 2, ainsi que le BC Longwy/Rehon, promu en N3, ont disputé ce week-end leurs dernières rencontres de préparation au tournoi de Longwy. Ces trois formations s’attaqueront en effet, samedi prochain, à la première journée du championnat de France.

Lors de la première demi-finale, et après avoir été accrochés par Esch-sur-Alzette pendant le quart-temps initial, les joueurs de l’Union ont déroulé pour l’emporter de plus de 10 points. Dans la seconde rencontre, les Longoviciens n’ont pas démérité face à Jœuf, menant de 2 unités à la pause, puis de 6 dans le troisième quart-temps avant de perdre trois ballons consécutifs, ouvrant ainsi la voie du succès aux Joviciens. Vincent Rad, en réussissant au buzzer un "Ave Maria" de l’autre côté de la ligne centrale, reléguait Longwy-Rehon à 11 longueurs.

En finale des perdants, les Longoviciens, peu motivés et sans doute en manque d’influx, commettaient trop de maladresses pour pouvoir accrocher les Luxembourgeois d’Esch. Malgré l’activité de Curculosse (20 points), Mdivani et Komnenovic (16 points chacun), ils s’inclinaient très lourdement.

Dans la grande finale, les joueurs de Patrice Goeuriot, accrochés en première mi-temps (25-24), se sont montrés plus agressifs en défense et plus réalistes en attaque (7 tirs primés) que l’Union Sainte-Marie/Metz. Sous l’impulsion de Maxime Rad, auteur de 17 points, Jœuf est logiquement venu à bout des troupes d’Eric Deschamps.


retourner en haut de la page

"Le billet de Léon" - 16/09/2014

Quelques chiffres en vrac sur la poule D

0 comme le nombre d’équipe reléguée de N1.

2  comme le nombre de promus qui sont Lille et notre JHB. Les deux formations se sont d’ailleurs rencontrées en quart de finale du championnat de France de N3. Un partout…

3 comme le nombre d’équipes qui seront reléguées en fin de saison.

5 comme le nombre de représentants du Nord /Pas de Calais. Ce sont Bourbourg Grande-Synthe, Calais, Berck, Lille et Tourcoing. Ils sont majoritaires devant les Alsaciens Gries, WOSB et Kaysersberg. Puis suivent les Franciliens (Coulommiers et Tremblay) et les Lorrains avec deux représentants (Joeuf/Homécourt et Sainte-Marie/Metz). En revanche, La-Charité-sur-Loire (Nièvre) et Poligny (Jura) semblent isolés géographiquement.

20 comme le nombre de joueurs étrangers officiant dans la poule : 4 Serbes, 3 Ivoiriens, 3 Américains, 2 Anglais, 2 Espagnols, 1 Croate, 1 Monténégrin, 1 Slovaque , 1 Italien, 1 Centrafricain et ... 1 Belge. Une poule plutôt cosmopolite…

2,10 m comme la taille d’Abdelhamid Mehimda de l’Union, le plus grand joueur  de la poule. Dobekreo (Bourbourg), Doucouré (Gries), Renon (Lille) et Mendy de Sainte-Marie/Metz culminent néanmoins à 2m07. Ca promet des duels sympas sous le cercle et de bonnes frictions…

97 comme l’année de naissance des deux benjamins de la poule : il s’agit de Moussa Diakité de Coulommiers et du griesois Antoine Blaess. Lille avec 4 joueurs de 96 sera incontestablement la formation la plus jeune. En face, faudra galoper…

41 : Il ne pouvait pas y couper ! C’est l’âge du capitaine,  l’emblématique Nico Gachet , le doyen.  Les jeunes, faudra le respecter ! Vouvoiement obligatoire pour tout le monde svp... Mehdi Dridi de Bourbourg suit à 4 longueurs…


retourner en haut de la page

Un Vincent de plus dans la raquette - 10/09/2014

Un Vincent de plus dans la raquette de Joeuf Homécourt Basket. Le club est ravi de vous annoncer la signature de Vincent Cornu (24 ans) en provenance de l'université de Tampa en Floride. 

Après avoir passé ces quatre dernières années en championnat universitaire américain, Vincent est revenu dans son pays natal pour continuer sa carrière de basketteur. Originaire de Basse-Normandie, ce joueur de 2m02 a finalement choisi de mouiller le maillot vert du JHB. 

Le tournoi Jean Wurtz de dimanche 7 septembre a confirmé que ce joueur peut nous apporter son physique et sa combativité. 

Nous lui souhaitons la bienvenue au club !


retourner en haut de la page
wait