entête

Actualités

Formation table de marque électronique - 30/09/2014

Eric Bettiol organise pendant les deux rencontres de ce samedi 4 octobre à la salle des sports de Joeuf une formation à la feuille électronique. (E-MARQUE). 

Si vous souhaitez y assister il faut :

          - Etre présent à 16h15 pour le match de l'équipe B ou 19h00 pour le match de l'équipe première
          - Apporter son ordinateur portable (nous installerons avant les matches les logiciels nécessaires)
          - Apporter une clé USB minimum 1 Go de stockage disponible
Pour plus d'information n'hésitez pas à contacter eric : bettiol.eric@wanadoo.fr

retourner en haut de la page

Jœuf comme un grand - 29/09/2014

Attendus au tournant, les joueurs de Patrice Goeuriot ont parfaitement réussi leur entrée à domicile en s’imposant avec la manière devant Poligny (92-67). De bon augure…

Le JHB a-t-il la carrure pour exister en Nationale 2 ? Après la déconvenue à Tremblay (78-51) du week-end dernier, telle était la question sur toutes les lèvres des supporters ravis de retrouver enfin la bouillonnante salle Jean Wurtz. Seulement en face, Poligny sans pression, entendait faire fructifier sa jolie perf aux dépens de Gries. Les hommes de Goeuriot ont dissipé les doutes de la plus belle des manières en s’imposant sans coup férir.

Si les visiteurs prenaient les rênes au tableau d’affichage en affichant un gros impact à l’intérieur (2-6), les locaux allaient rapidement inverser la tendance. Les Jurassiens ne s’attendaient certainement pas, après 3 minutes de jeu, à ne plus revoir Fernandez et consorts… Maxime Rad, énorme (29 pts), était alors le détonateur avec deux dunks. De quoi asséner une bonne dose de confiance à ses coéquipiers qui allaient prendre leur destin en main comme un seul homme.

Une défense intense, et du cœur à l’ouvrage. Jœuf avait trouvé la bonne formule. Comme le pivot Vincent Cornu, pour ses premiers pas avec le JHB, soulageait la raquette avec autorité, le JHB finissait le premier quart d’un 18-5 ravageur. Ghezala et Jordan Gœuriot aux manettes grappillaient, de surcroît, de précieux ballons pour apporter leur écot. Net et sans bavures ! (24-11)

Une avance de 24 points

Et La bande à Patrice Gœuriot poussée par son public, n’allait pas s’arrêter en si bon chemin. La zone de Poligny ne résistait guère à l’ardeur des frangins Rad qui s’en donnaient à cœur joie (22 pts sur les 27 du second quart-temps). Pour ne rien arranger des affaires jurassiennes, l’intérieur Cantinol écopait d’une troisième faute. Etouffé par l’agressivité défensive, Poligny rejoignait les vestiaires, tête basse avec un débours de 24 unités (51-27).

Dans les travées de Jean-Wurtz, on se frottait les yeux pour y croire ! L’affaire semblait quasiment pliée. Poligny eut évidemment son sursaut d’orgueil d’un 2-10 orchestré par les « drive » d’Essama mais la maladresse chronique aux lancers francs (17/32) s’affichait comme un symbole d’impuissance à revenir dans la partie (58-42). Le JHB en remettait une couche avec Ghezala et Parisi, magnifique de combativité devant les colosses polinois (68-47). Solide comme un roc, Jœuf empochait, sans sourciller, le quatrième acte (24-20) devant un public aux anges. On attend la suite avec délectation…

F. S. (Le républicain Lorrain)


retourner en haut de la page

"Le billet de Léon" - 28/09/2014

Nostalgie !

Une bien belle affiche que ce Joeuf/Homécourt-Berck qui nous est proposée à Jean Wurtz ce samedi. Et ce, à plus d’un titre ! D’une part, la formation du Pas de Calais qui nous rend visite est annoncée comme un épouvantail, taillé pour voir dans les plus brefs délais l’échelon supérieur. Joeuf, quant à lui, n’officie pas dans la même catégorie. Ce n’est pas une surprise… Sa mission sera de dresser les fils barbelés, mouiller la tunique verte à grande suée et peut-être bien brûler un cierge à Franchepré…. D’autre part, cette rencontre n’est pas sans nous plonger dans la boite à souvenirs. Il faut en effet retourner dans les « Seventies » pour trouver la trace du dernier Joeuf-Berck (1978). A l’époque les deux formations évoluaient dans les hautes sphères de la Nationale 1 (aujourd’hui pro a). Les Berckois auréolés de deux titres de champions de France (73 et 74) ferraillaient dans le haut du panier. Ce qui n’était pas le cas de Joeuf en quête d’un maintien impossible lors de ses trois saisons parmi l’élite (73/74, 75/76 et 77/78). Tiens, n’y verrait-on pas quelque similitude avec le contexte actuel ? Pour évoquer le passé, je me suis naturellement tourné vers la vieille gloire locale, Jean-Louis Tornior. L’ancien meneur de poche jovicien, ne taquine plus la grosse balle orange depuis belle lurette, mais on l’aurait aperçu s’essayer au trampoline le soir d’un mémorable Joeuf-Holtzheim. L’œil pétillant de malice, Jeannot raconte : «  J’ai deux gros souvenirs de rencontres contre Berck. Pour notre premier match en N1, on les reçoit alors qu’ils sont champions de France et finalistes de la coupe d’Europe. Excusez du peu ! Notre Américain Fisher était blessé. C’est là qu’on a découvert le monde qui séparait les deux équipes. A Joeuf, il y avait surtout des mineurs et des gars qui bossaient à l’usine. Les Berckois étaient pro et s’entrainaient huit fois par semaine. Ils se moquaient de nous. Le coach yougo de l’époque avait eu cette réflexion qui est restée gravée dans ma mémoire :  « Joeuf , petite équipe marginale ! » On en avait finalement pris 20….. » Le second souvenir constitue la dernière confrontation en 78 ; c’était à Berck. Et l’intarissable Jeannot d’enchainer :  « Au palais des sports, on menait de quatre pts à 5 minutes de la fin. On avait été loin d’être ridicule. Les 5000 supporters ont alors mis une telle pression sur les arbitres qu’il était quasiment impossible de gagner. On s’est incliné de 4 points mais quel souvenir ! » C’est promis Jeannot, Patrice et ses joueurs vont tout faire pour laver les affronts que tu as subis dans ta jeunesse !


retourner en haut de la page

JHB - Poligny - 27/09/2014

92 - 67


retourner en haut de la page

"Le Billet de Léon" - 22/09/2014

22…

Pourquoi ce nombre en guise de titre de ces quelques lignes ? Non, ce n’est pas une allusion à la marée chaussée, encore moins une référence à un département breton. Vous donnez votre langue au chat ? Eh bien, voici un indice.  Le JHB est peut-être sur un record  qu’on a presque fini par oublier tellement il est devenu naturel. Je crois bien qu’on chauffe…                                                                      

Bon,  22 comme le nombre de succès de rang en cours  à domicile en championnat. Pas mal, n’est-ce pas ! Certes, il y a bien eu deux revers à Jean Wurtz mais  c’était en coupe de France aux dépens du voisin Sainte-Marie/Metz et plus récemment en quart de finale retour du championnat de France face à Lille. Pour ce dernier, certains se souviennent sans doute du one-man show arbitral dans le money time (Patrice en a encore les cheveux qui se dressent sur la tête !). Pour la petite anecdote C’est Saint-Dizier qui, le 6 avril 2012, demeure le dernier adversaire à avoir fait tomber le bastion jovicien.  Nos joueurs peuvent donc bomber le torse d’orgueil devant une invincibilité qui restera sans doute dans les annales du club. 

Et si ceux-ci pouvaient prolonger cette série rose encore un peu, ce ne serait pas pour nous déplaire…


retourner en haut de la page
wait